Organiser un voyage au brésil au Parc national du Pantanal Matogrossense

Découvrez le vivier écologique du Mato Grosso aux zones humides sans fin

Adresse

Poconé-Mato Grosso, 78175-000, Brazil

GPS : -17.654247940973, -57.430664948566

Itinéraire

Au moment d’organiser un voyage au Brésil, la destination du Pantanal fait rarement partie des lieux privilégiés par les visiteurs internationaux. Et pourtant, cette région reculée recèle d’innombrables trésors et forme l’un des plus beaux écosystèmes des Amériques. Au climat subtropical humide, le Parc national du Pantanal Matogrossense est situé dans le centre-ouest du pays, entre les États brésiliens du Mato Grosso et du Mato Grosso do Sul. Il est longtemps resté dans l’ombre de l’immense forêt amazonienne en dépit de son incroyable biodiversité qui n’a rien à envier à son illustre aînée. Ses terres humides et zones de marais se répandent au confluent d’une centaine de rivières d’eau douce, de méandres et d’affluents dont les principaux cours d’eau sont le rio Paraguai, le rio Cuiabá et le rio São Lourenço. Certains d’entre eux mettent plusieurs mois à traverser le vaste territoire du Pantanal pour créer des zones inondées à perte de vue. Cette eau à profusion fait de l’aire de conservation du Pantanal Matogrossense une plaine submersible parmi les plus pourvues en espèces animales et végétales dans le monde.

Le Parc national du Pantanal Matogrossense ne représente qu’une infime partie du Pantanal brésilien, immense territoire vierge de 200 000 km² se prolongeant dans les pays voisins de la Bolivie et du Paraguay. Découvert par les premiers colons portugais au XVIe siècle, cette contrée sauvage correspond à la terre ancestrale des Guatós, seul peuple nomade amérindien qui s’est établi à la frontière du Brésil et de la Bolivie. Menacés par les éleveurs de bétail pour y établir leurs ranchs, ils sont contraints de quitter la région dans les années 1940 et 1950. Celle-ci est désormais habitée par des peões et pantaneiros, des paysans et des cavaliers chargés de faire transhumer les millions de tête de bétail du Pantanal au rythme des saisons.

Plus grande zone humide de la planète, composée de marais, de marécages, de savanes inondables et de plaines alluviales, le Parc national du Pantanal Matogrossense s’étend sur 1 400 km² de superficie. Il comprend trois réserves privées (Acurizal, Penha et Dorochê) et sert de lieu de reproduction et de nidification à de nombreuses espèces d’oiseaux. Ce vivier écologique est étudié de près par des naturalistes et biologistes à la recherche de nouvelles espèces endémiques. Menacées par le braconnage d’animaux et l’exploitation aurifère, les terres du Parc national du Pantanal Matogrossense se trouvent littéralement plongées sous les eaux sur plus de 80 % de son territoire pendant la saison des pluies. Des sorties en bateau et des excursions sur l’itinéraire routier de la Transpantaneira (MT-060) sont les meilleurs moyens de contempler la profusion de faune et de flore du parc.

Lire la suite

  • Une des meilleures zones d’observation de faune tropicale et de plantes aquatiques au monde ; un des écosystèmes les plus riches de la planète
  • La grande diversité d’animaux (fourmiliers géants, caïmans, loutres géantes, tapirs, singes hurleurs, jaguars, pumas, cerfs des marais, anacondas…), de reptiles, d’amphibiens et d’insectes ; la présence de nombreux poissons (400 espèces répertoriées) et de mammifères (plus d’une centaine d’espèces recensées dont le capybara ou cabiai, le plus gros rongeur du monde)
  • Plus de 700 espèces d’oiseaux parmi lesquels le Jabiru d’Amérique (la cigogne symbole du parc), l’Ara hyacinthe (le plus grand perroquet du monde), l’Ortalide du Chaco (l’oiseau le plus bruyant du Pantanal), le Caracara huppé (rapace proche du faucon au bec acéré), l’Aigrette neigeuse (reconnaissable à son plumage blanc et pattes jaunes caractéristiques) et la Buse à tête blanche (espèce de rapace de grande taille)
  • La flore (forêts galeries, bosquets d’arbres tropicaux, végétations aquatiques, plusieurs milliers d’espèces de plantes…) ; le Lapacho, arbre sacré des Incas (facilement reconnaissable par ses fleurs roses)
  • La variété d’écosystèmes (prairies humides, plaines herbeuses, savanes du Gran Chaco, chaîne de montagnes Amolar, forêts sèches, lacs d’eau douce…) et la juxtaposition de différents milieux naturels à l’équilibre fragile
  • Les activités de pêche, de pêche sportive et d’équitation ; les excursions en bateau ou canoë ; la visite de fermes (pousadas), ranchs de bovins et propriétés agricoles (fazendas)
  • Les randonnées à pied et à cheval sur de grands espaces ; les scènes de coucher de soleil se reflétant dans le miroir d’eau
  • La piste aux allures de safari de la Transpantaneira ; la zone sauvage de Nhecolândia, nichée entre les rivières du rio Negro et du rio Taquari ; les rivières, cascades, grottes et sources d’eau de Bonito (dans la partie sud du Pantanal)
  • Le caractère encore méconnu de cette région fascinante, absente des principaux circuits touristiques
  • À titre de comparaison, l’immensité territoriale du Pantanal est 10 fois supérieure aux zones humides du Parc national des Everglades (États-Unis) ou à celles du delta de l’Okavango (Botswana). Sa surface totale représente plus de la moitié d’un pays comme l’Allemagne.
  • La grande majorité des terres du parc sont des propriétés privées et utilisées à des fins agricoles (la plupart d’entre elles appartiennent à l’ONG brésilienne Fondation Ecotrópica en charge de leur gestion).
  • Moins de 5 % des terres du Pantanal sont concernées par des mesures de protection ou de conservation environnementale. L’équilibre de ce site naturel sauvage est rendu incertain par l’accroissement des activités humaines dans la région (déforestation, agriculture intensive, projets miniers, pollution des eaux…).
  • Déclaré zone humide d’importance internationale depuis 1993 (site Ramsar) et inscrit au patrimoine mondial en 2000, le Parc national du Pantanal Matogrossense est le foyer de plusieurs millions de caïmans (soit la plus grande zone de concentration de la planète). Il abrite environ 730 espèces d’oiseaux dont le plus grand nombre d’oiseaux aquatiques à l’échelle de l’Amérique du Sud.
  • Le Pantanal est l’un des derniers sanctuaires du monde pour le jaguar. Plus facilement observable à l’occasion d’une excursion en bateau aux aurores, ce prédateur règne en maître dans le parc (plus particulièrement durant la saison sèche où l’eau se fait plus rare).
  • Depuis 2019, l’État du Mato Grosso est confronté à plusieurs épisodes de sécheresse, conséquence du réchauffement climatique. Des centaines d’incendies se sont déclarés dans le Pantanal au premier trimestre 2020 en raison d’un manque de précipitations enregistré durant la saison des pluies. La surface en eau de la plaine a atteint en 2021 son niveau le plus bas depuis 40 ans. Après plusieurs séries de fortes pluies au début de l’année 2023, la situation semble s’améliorer et le Pantanal se remplit d’eau à nouveau.
  • En raison de son caractère isolé et submergé pendant la saison humide, l’accès à cette région peut être particulièrement difficile entre décembre et mars, période où il pleut le plus.
  • Le meilleur itinéraire pour rallier le Parc national du Pantanal Matogrossense est de rejoindre la ville brésilienne de Cuiabá par avion puis de prendre la route de la Transpantaneira reliant la ville rose de Poconé à Porto Jofre (ville porte du parc) sur près de 150 kilomètres. Comptant plus d’une centaine de ponts en bois dans un environnement sauvage, cette piste en terre (qui devait devenir une autoroute dans les années 1970) offre un cadre extraordinaire pour l’observation de la faune.
  • Certains tronçons de la Transpantaneira peuvent devenir impraticables ou déclarés interdits d’accès pendant la saison des pluies. Prévoyez un véhicule adapté (quatre roues motrices de préférence). Aucune station-service ne jalonne le parcours donc pensez à faire le plein d’essence et d’eau avant de l’emprunter.
  • Si vous êtes amené à conduire sur l’autoroute BR-262 qui traverse le Mato Grosso do Sul d’Est en Ouest, soyez vigilant vis-à-vis des animaux sauvages susceptibles de rôder aux abords ou de traverser la voie. Des accidents et des collisions avec des jaguars, des fourmiliers géants (tamanoirs), des tapirs et des tatous se produisent régulièrement.
  • Dans le cas où votre itinéraire vous fait passer par Campo Grande, la capitale du Mato Grosso do Sul située au sud-ouest du Brésil, profitez-en pour visiter le Bioparque Pantanal. Inaugurée en mars 2022, cette structure moderne renferme le plus grand aquarium d’eau douce de la planète et réunit 300 espèces d’animaux. Une visite guidée est possible en réservant à l’avance.

Où manger

  • Tradiçao
    (pour tous les goûts)
  • Restaurante Pantanal
    (plats sud américains)
  • Bento´s Bar & Restaurante
    (typique et varié)

Où flâner

  • Museu de História do Pantanal
    (l'histoire du Pantanal)
  • Fort de Coimbra
    (ancien fort militaire)
  • Cristo Rei do Pantanal
    (monument du Christ)

Où séjourner

  • Pantanal Hotel
    (emplacement idoine)
  • Fazenda 23 De Marco
    (le plein de dépaysement)
  • Barranco Alto Eco-Lodge
    (en harmonie avec la nature)