Canyon de la Fish River

Un patrimoine géologique d'envergure

Adresse

/Ai-/Ais-Richtersvel Transfrontier Park, C13, Namibie

GPS : -28.012140340348, 17.1605907

Itinéraire

Le canyon de la Fish River est situé dans le Parc transfrontalier du ǀai-ǀais/Richtersveld, fondé en 2003 suite à la fusion du Parc national Ai-Ais (Namibie) et du Parc national du Richtersveld (Afrique du Sud). De forme sinueuse, il parcourt d’immenses paysages spectaculaires dans une partie isolée et très aride du sud de la Namibie, à quelques encablures du désert du Kalahari. La formation du canyon de la Fish River résulte d’un long phénomène naturel d’érosion hydrique et des mouvements liés à la tectonique des plaques. Selon les géologues, de récents indices découverts dans la région attestent la présence d’un vaste océan dans une période très ancienne (l’océan du Damara). Celle-ci pourrait correspondre à la séparation des masses continentales de l’Amérique du Sud et de l’Afrique initiée il y a plusieurs centaines de millions d’années au sein du supercontinent Pangée.

Pouvant atteindre 27 kilomètres de largeur et avoisiner les 550 mètres de profondeur par endroits, le canyon de la Fish River s’étend sur un linéaire de plus de 160 kilomètres entre les localités de Seeheim au nord et les sources chaudes d’Ai-Ais au sud. Ses proportions cyclopéennes font de lui l’un des plus grands canyons au monde et le plus imposant du continent africain devant le Blyde River Canyon, établi en Afrique du Sud. Seul le site naturel du Grand Canyon, en Arizona (États-Unis), peut s’enorgueillir de dimensions encore plus abyssales.

En surplomb des profonds ravins du canyon de la Fish River, de hautes falaises abritent plusieurs spécimens de flore dont l’arbre national du pays, appelé kokerboom (ou Aloe dichotoma). En contrebas du site, la rivière Fish offre de nombreuses possibilités d’activités en plein air pour le bonheur des randonneurs, photographes et adeptes d’activités d’aventure. Plusieurs points de vue reliés par un réseau de pistes permettent d’apprécier les curiosités locales du canyon de la Fish River dans un environnement paisible loin du tourisme de masse. Particulièrement à sec durant la saison sèche, le lit de la rivière peut se transformer en un torrent puissant après les pluies estivales (de janvier à avril).

Lire la suite

  • La profondeur des ravins et le gigantisme des falaises du canyon de la Fish River ; les paysages montagneux et désertiques d’un silence absolu
  • Les sources d’eau chaude Ai-Ais Hot Springs (oasis au sud du canyon) ; les piscines thermales et sulfureuses de Sulphur Springs (ou Palm Springs) ; le point de vue panoramique Hell’s Corner (pour contempler la formation rocheuse Hell’s Bend)
  • Les sentiers de randonnée sur plusieurs jours : Kodaspiek Trail, Vensterval Trail et Lelieshoek-Oemsberg Trail (sentiers ouverts au public uniquement entre avril et septembre) ; les randonnées d’aventure à dos de mule ; le marathon annuel Fish River Canyon Ultra (course de 100 kilomètres sur une journée au mois de juin)
  • Les réserves Gondwana Nature Park (à l’est) et Canyon Nature Park (au nord) ; la vallée du fleuve Orange au sud (plus long fleuve d’Afrique du Sud) ; les plateaux désertiques du Nama Karoo et du Succulent Karoo entre la Namibie et l’Afrique du Sud (parcourables à cheval)
  • Les formations rocheuses Hell’s Bend, mini Table Mountain, Four Finger Rock et Three Sisters rock towers ; les strates horizontales de dolomites
  • La diversité de la flore locale : plus de 1 500 variétés de plantes dont de nombreuses espèces endémiques (ces plantes adaptées aux milieux arides sont appelées « succulentes » en raison de leur grande quantité de suc) ; les arbres à carquois (aussi appelés Quivertree ou Kokerboom) ; les nids d’oiseaux tisserands nichés dans ces arbres filiformes et caoutchouteux
  • La présence de faune malgré l’aridité du climat : reptiles, insectes, poissons, oiseaux, zèbres de montagne de Hartmann, oréotragues (petites antilopes), springboks, koudous, léopards, chacals, hyènes, babouins, chevaux sauvages…
  • Les activités de rafting et de canoë (sur le fleuve Orange), de pêche, d’escalade, de VTT et d’observation des étoiles ; la promenade en bateau depuis la ville transfrontalière de Sendelingsdrif (au sud du canyon) ; le spectacle d’un lever ou coucher du soleil ; le mode de vie traditionnel et la musique des Namas (dont les chants Nama Stap et les danses Nama Langarm)
  • Le site archéologique Die Toon côté sud-africain (traces d’habitation humaine datant de 2200 avant J.-C.)
  • Le canyon de la Fish River se serait formé il y a environ 350 millions d’années (contre 180 millions pour le Blyde River Canyon et 6 à 70 millions d’années pour le Grand Canyon).
  • Sa gorge profonde s’est créée suite à l’effondrement de la vallée après fracturation de la croûte terrestre. Puis, le canyon s’est sculpté au fil des millénaires par le phénomène d’érosion de l’eau de la rivière Fish.
  • Une légende Nama racontée par les Bushmen (peuple San) affirme que le canyon aurait façonné ses courbes et ses virages par l’intermédiaire d’un serpent géant appelé Kouteign Kooru en tenant d’échapper à ses ravisseurs.
  • Une grande partie du canyon est asséchée en raison de la construction du barrage de Hardap près de Mariental, où le cours supérieur de la rivière Fish est bloqué depuis 1963 (ce barrage représente le plus grand réservoir d’eau de Namibie).
  • Le Parc transfrontalier du ǀai-ǀais/Richtersveld renferme un autre trésor au sein des montagnes du Hunsberg. Il s’agit d’un site archéologique baptisé grotte Apollo 11 par l’archéologue allemand Wolfgang Erich Wendt qui comprend des dizaines de milliers d’artefacts, les plus anciens jamais découverts en Afrique australe. Ils se composent de vestiges d’outils, dessins préhistoriques, pièces d’art, pierres gravées et peintures pariétales qui pourraient attester d’une présence humaine vieille d’environ 100 000 ans.
  • La région du canyon de la Fish River est encore habitée par plusieurs communautés de Namas, un peuple pastoral d’Afrique australe relevant des Khoïkhoï et qui s’est révolté contre la colonisation allemande.
  • Les springboks disposent de taches noires autour de leurs yeux pour éviter d’être éblouis par le soleil et leur permettre de mieux repérer leurs prédateurs.
  • La Namibie est le premier pays d’Afrique à avoir inclus la protection de l’environnement dans sa constitution.
  • Un permis est nécessaire pour parcourir le canyon à pied (il peut être réservé à l’avance auprès de l’organisation Namibia Wildlife Resorts basée dans la capitale namibienne à Windhoek). Un certificat médical d’aptitude daté de moins de 40 jours vous sera également demandé sur place.
  • Par mesure de précaution, veillez à réserver votre hébergement au plus tôt (la capacité d’accueil est relativement faible dans ce secteur géographique).
  • Un véhicule à 4 roues motrices est indispensable pour parcourir les pistes sablonneuses et rocailleuses du parc (assurez-vous d’avoir suffisamment de réserves en eau et d’emporter avec vous tout le matériel nécessaire avant de partir en excursion). Une lampe torche ou frontale peut s’avérer très utile dès que la nuit commence à tomber.
  • Évitez de visiter le canyon de la Fish River entre octobre et mars, les températures extrêmement chaudes pouvant être difficilement supportables. De plus, la plupart des sentiers de randonnées sont fermés aux visiteurs à cette période de l’année.
  • Une grande randonnée longeant le canyon sur près de 90 kilomètres peut être réalisée en 5 jours depuis la localité de Hobas jusqu’à Ai-Ais (un bon niveau de condition et de préparation physiques sont requis).

Où manger

  • Mohegan Spur
    (le sens de l'accueil)
  • Canyon Roadhouse
    (ambiance folklorique)
  • Bahnhof Hotel Aus
    (établissement soigné)

Où flâner

  • Forêt de Kokerboom
    (arbres endémiques)
  • Parc National Naute
    (réserve naturelle intimiste)
  • Gondwana Canyon Park
    (aire de conservation)

Où séjourner

  • Noordoewer Guest House
    (maison d'hôte spacieuse)
  • Fish River Lodge
    (au bord du canyon)
  • Canyon Lodge
    (bien intégré dans le paysage)