Visiter le château de Bran, demeure légendaire de Dracula

Un voyage en Transylvanie au château du comte Dracula

Contact

Contact direct

Adresse

Strada General Traian Moșoiu 24, Bran 507025, Roumanie

GPS : 45.51561886215, 25.368215394776

Itinéraire

Indéniablement associé au personnage sanguinaire de Dracula, le château de Bran est l’attraction la plus populaire de Roumanie. Il est situé dans l’emblématique région de Transylvanie, à une trentaine de kilomètres de la ville de Brașov, entre les massifs montagneux Bucegi et Piatra Cariului de la chaîne des Carpates. Visiter le château de Bran fait figure d’incontournable pour les touristes étrangers en quête de frissons souhaitant marcher sur les traces du prince des ténèbres. Cette bâtisse médiévale doit sa notoriété légendaire à l’écrivain irlandais Bram Stocker, auteur de « Dracula », un récit paru au Royaume-Uni en 1897 retraçant l’histoire d’un comte, vampire de Transylvanie. Ce personnage assoiffé de sang s’inspire vraisemblablement de Vlad Țepeș, Prince de Valachie au milieu du XVe siècle. Celui-ci est également connu sous le nom de Vlad III Basarab et a gagné le surnom peu flatteur de Vlad III l’Empaleur pour sa réputation de commandeur de guerre sans merci.

Le château de Bran est édifié en 1377 sur le site d’une ancienne forteresse en bois construite par l’Ordre des Chevaliers Teutoniques en 1212. Celle-ci fait l’objet d’un siège par les Mongols qui l’incendient et la détruisent en 1242. Plus d’un siècle plus tard, Louis Ier de Hongrie autorise la construction d’une nouvelle citadelle de pierre sur le rocher de Bran pour protéger la ville voisine de Brașov. Cet ouvrage occupe tout d’abord un rôle défensif militaire du royaume de Hongrie contre les forces de l’Empire ottoman jusqu’au XVIIIe siècle. Le château de Bran tire ensuite parti de son emplacement stratégique sur la route commerciale entre l’Europe et l’Asie, dans la région historique de la Valachie, pour être transformé en poste douanier. Cette évolution contribue à la prospérité économique des habitants de cette terre rurale occupant le centre de la Roumanie.

Dans les années 1920, le château de Bran devient propriété royale de Roumanie et résidence d’été de la reine Marie après l’effondrement de l’Empire austro-hongrois. Il est transformé en hôpital militaire de fortune durant le conflit de la Seconde Guerre mondiale. Puis le domaine est saisi par le régime communiste roumain en 1947 qui force dans le même temps la famille royale à quitter le pays. Transformé en musée d’histoire et d’art féodal, ce monument national est contraint de fermer ses portes entre 1987 et 1993 en raison de son manque d’entretien manifeste. Finalement, le château de Bran ne sera rétrocédé au petit-fils de la reine Marie, Dominique de Habsbourg, qu’en 2006 au terme de longues procédures judiciaires. Un million de touristes se pressent chaque année pour visiter le château de Bran, la demeure légendaire de Dracula qui fascine autant qu’elle intimide. Par ricochet, c’est l’ensemble du village de Bran qui s’est mise au diapason pour tirer parti de l’engouement que le château suscite à l’étranger. À titre d’exemple, les festivités organisées à l’occasion d’Halloween restent l’événement le plus attendu des admirateurs du comte Dracula dans le château de Bran, un lieu rempli de mystères et de légendes.

Lire la suite

  • La situation du château dans la région montagneuse des Carpates, niché à l’entrée du col de Bran-Rucăr
  • Les tours et tourelles ainsi que la cour intérieure ; les couloirs étroits et les nombreux recoins des salles intérieures ; les éléments de style gothique
  • L’escalier en colimaçon ; les passages secrets et tunnels souterrains ayant contribué au mythe de Dracula
  • Les collections de meubles, armes et armures datant du XIVe au XIXe siècles (seules les portes et les cheminées sont d’origine et antérieures à la dynastie royale de la maison de Habsbourg)
  • Les nombreux aménagements apportés par la reine Marie (jardins, chapelle, écuries, maison de thé, terrasses…)
  • Les spectacles de chevaliers organisés en saison ; les promenades enivrantes de nuit autour du site ; les vignes du domaine
  • Les vues magnifiques sur la vallée, les forêts et les montagnes de Transylvanie ; les routes brumeuses et sinueuses menant à la forteresse médiévale
  • L’exposition retraçant l’histoire de la région de Bran complémentaire au petit musée attenant au château, exposant des objets et mobiliers anciens ; la maison hantée Castelul Groazei à proximité
  • Les nombreuses légendes et histoires autour des personnages de Vlad III l’Empaleur et du comte Dracula, le monstre des Carpates
  • Bien qu’aucun document ne l’atteste, Vlad III Basarab aurait été emprisonné au château de Bran pendant deux mois par le roi Matthias Ier de Hongrie (aussi connu sous le nom de Matthias Corvin).
  • Au XVe siècle, le voïvode (comte et prince) de Valachie Vlad III Basarab affronta à plusieurs reprises les troupes de l’Empire ottoman dans les environs du château de Bran. Ce combattant féroce fut tristement connu pour empaler ses ennemis sur des pointes acérées alors qu’ils étaient encore en vie (d’où son surnom « l’Empaleur »). Selon certains récits, le Prince de Valachie aurait fait tuer 40 000 personnes en affirmant que seule une telle violence pouvait garantir l’ordre public. Sa personnalité suscite encore de nombreux débats aujourd’hui. Décrit comme un tyran d’une grande cruauté par beaucoup d’historiens roumains, Vlad III Basarab est aussi vu par d’autres experts comme un justicier et protecteur, au service de son peuple.
  • Le tombeau du comte Dracula se situerait au monastère orthodoxe de Snagov, fondé par le grand-père de Vlad III l’Empaleur (Mircea Ier l’Ancien), à une trentaine de kilomètres au sud du château de Bran.
  • Vlad II le Dragon (dit Vlad Dracul), père de Vlad Țepeș (Vlad III l’Empaleur) aurait été membre de l’Ordre du Dragon. Fondé en 1408 par Sigismond de Luxembourg (roi de Hongrie et empereur du Saint Empire romain), cet ordre de chevalerie visait à protéger la noblesse européenne et défendre la foi chrétienne contre la montée en puissance des Ottomans.
  • L’auteur du roman à succès Dracula (Bram Stoker) ne s’est jamais rendu dans la région de Transylvanie et a encore moins visité le château de Bran. Il s’est largement inspiré de plusieurs ouvrages parus avant le sien pour créer le personnage littéraire de Dracula dans un lieu imaginaire.
  • Classé seconde propriété la plus chère au monde selon le magazine Forbes en 2007, le château de Bran fait l’objet de rumeurs persistantes selon lesquelles il serait à vendre. Il pourrait intéresser à terme l’État roumain désirant en faire une place touristique de premier ordre et entretenir encore davantage le mythe du personnage de Dracula. Selon les dernières estimations, le prix du château de Bran atteindrait les 80 millions de dollars et génèrerait plus de 7 millions de dollars de chiffres d’affaires par an.
  • En 2021, l’enceinte de la forteresse a accueilli un centre de vaccination contre le Covid-19 pour les citoyens roumains. Un certificat mettant en avant une infirmière aux dents de vampire et dotée d’une seringue fut remis à tous les volontaires qui se sont fait vaccinés dans l’antre de Dracula.
  • À quelques dizaines de kilomètres de Bran, se dresse un autre lieu associé au personnage sanguinaire de Vlad III l’Empaleur, à savoir la citadelle de Poenarie. Ce château ayant servi de résidence secondaire de Vlad Ţepeş serait même hanté si l’on en croit certaines légendes.
  • On estime à 130 le nombre de films et adaptations cinématographiques dans le monde inspirés directement du personnage de Dracula.
  • La localité de Bran se trouve au centre de la Roumanie, au cœur des Carpates, à environ 200 kilomètres de la capitale Bucarest.
  • En période estivale et de vacances scolaires, rendez-vous au château dès son heure d’ouverture, celui-ci étant visité par plus d’un demi-million de personnes par an.
  • L’entrée est gratuite aux personnes handicapées et aux enfants de moins de 7 ans. Une réduction est octroyée aux étudiants et aux séniors âgés de plus de 65 ans (sur présentation d’un justificatif).
  • La visite de la salle des tortures et la découverte des passages souterrains sont proposés en supplément. Les animaux domestiques demeurent tolérés dans le parc du domaine.
  • Le château de Bran n’est équipé ni d’eau courante ni de système de toilettes en raison de l’absence totale de plomberie.
  • Une maison hantée (Castelul Groazei), établie au pied du château, propose aux visiteurs avides de sensationnel de continuer à faire le plein de frissons.

Où manger

  • Trattoria Al Gallo
    (calme et rapide)
  • Hanul Domnitorilor
    (plats consistants)
  • Casa Rustica Zarnesti
    (cuisine traditionnelle)

Où flâner

  • Parc national Piatra Craiului
    (le paradis des randonneurs)
  • Libearty Bear Sanctuary Zarnesti
    (sanctuaire et réserve d'ours)
  • Parc Aventura Brasov
    (pour toutes les générations)

Où séjourner

  • Pensiunea Ana
    (très proche du château)
  • The GuestHouse
    (chambre d'hôtes conviviale)
  • Conacul Bratescu
    (très bel hôtel de charme)