Visiter le château d’Édimbourg, la forteresse de la capitale écossaise

Un site caractéristique de l'histoire de l'Écosse

Contact

Contact direct

Adresse

Castlehill, Edinburgh EH1 2NG, United Kingdom

GPS : 55.950174819462, -3.1966886143692

Itinéraire

Site écossais le plus fréquenté du pays, le château d’Édimbourg est un ancien bastion royal édifié à l’époque du Moyen Âge. Le début de construction de la forteresse remonterait au XIIe siècle, sur un site occupé par l’homme depuis l’âge du bronze (IIe siècle après J.-C.). En tant que joyau national, visiter le château d’Édimbourg fait partie des activités incontournables à faire lors d’un voyage outre-Manche. Ce monument imposant se dresse fièrement sur un vaste rocher (Castle Rock) surplombant la capitale écossaise, à l’emplacement même d’un ancien volcan. L’architecture de ses bâtiments en pierre rappelle l’histoire de la ville et ses transformations au fil des siècles.

C’est le roi David Ier, au moment de son accession au trône du royaume d’Alba, qui introduit le féodalisme et entreprend l’édification de plusieurs seigneuries. Le château d’Édimbourg devient une résidence royale et lieu de couronnement avant d’être utilisé comme caserne militaire. Au XIVe siècle, la forteresse est marquée par de nombreux conflits dont des guerres d’indépendance écossaise contre les forces anglaises. Rebâti après la signature du traité de Berwick de 1357, le château d’Édimbourg est attaqué de nouveau deux siècles plus tard sous le commandement d’Olivier Cromwell en 1651 aboutissant à la formation du Commonwealth républicain d’Angleterre (après la conquête victorieuse de l’Écosse et de l’Irlande). À partir du début du XVIIe siècle, le site se transforme en prison et héberge une grande garnison de soldats. Son mélange singulier de styles architecturaux reflète parfaitement l’histoire complexe et parfois sanglante du domaine. Selon les spécialistes, le château d’Édimbourg aurait subi près d’une trentaine de sièges militaires, ce qui en fait un des sites fortifiés les plus assiégés du Royaume-Uni. L’un d’eux aboutit à l’incorporation du royaume d’Écosse dans le nouveau royaume de Grande-Bretagne en 1707 sous le règne de la reine Anne (dynastie des Stuarts).

En plus de bénéficier d’un superbe panorama sur la ville, visiter le château d’Édimbourg vous permettra de découvrir les joyaux de la couronne de l’Écosse (Honours of Scotland, la plus ancienne d’Europe) et la Pierre du Destin (Stone of Destiny). Cette pierre de Scone est utilisée pour la cérémonie de couronnement des monarques écossais et anglais depuis plusieurs siècles. La forteresse est dotée d’un système de défense dense datant de la fin du XVIe siècle (Half Moon Battery) et comprend un énorme canon (Mons Meg, construit au XVe siècle) disposant d’une portée de tir impressionnante, de plus de 3 kilomètres. Alors que la ville connait une augmentation croissante de sa fréquentation touristique ces dernières années grâce aux films à succès d’Harry Potter, le château d’Édimbourg a enregistré un nouveau record avec plus de 2 millions de visiteurs accueillis en 2017.

Lire la suite

  • Les nombreux musées et monuments commémoratifs composant le château d’Édimbourg, en lien avec la riche histoire écossaise et britannique
  • La chapelle Sainte-Marguerite (St Margaret’s Chapel), partie la plus ancienne du château datée du XIIe siècle
  • La Grande Salle (Great Hall), construite par le roi James IV vers 1510 et son toit majestueux en poutres de marteau ; la visite du palais, des appartements royaux et des sinistres cachots
  • Le système de fortifications Half Moon Battery et les donjons ; la porte Portcullis Gate et la tour Argyle Tower ; le Mémorial national écossais de la guerre et le musée militaire (National War Museum of Scotland) ; la collection d’armes et d’armures
  • Les joyaux de la couronne écossaise (Scottish Crown Jewels ou Honours of Scotland) et ses parures uniques
  • La relève de la garde et la cérémonie du One O’Clock Gun ; les statues d’anciens héros écossais dressées à l’entrée du château
  • Les multiples vues sur la ville d’Édimbourg ; l’existence de galeries, passages et tunnels souterrains très anciens ; la place historique du marché (Grassmarket) située au pied du château (elle servait de lieu d’exécutions publiques au Moyen Âge) ; les attractions et curiosités de la colline de Castle Hill (Cannonball House, Witches Well…)
  • Le Palais de Holyrood (ancien monastère du XIIe siècle transformé en résidence royale utilisée par la reine Élisabeth II), le site souterrain Mary King’s Close (lieu historique riche en mythes et légendes locales) et le Royal Mile (rue populaire) implantés dans la vieille ville d’Édimbourg, un secteur bien pourvu en vestiges médiévaux ; la Galerie nationale d’Écosse (Scottish National Gallery) et le Musée national d’Écosse (National Museum of Scotland) situés en contrebas de la forteresse
  • La série d’événements internationaux et de manifestations culturelles concentrés au mois d’août dans une cité en pleine effervescence : le spectacle annuel de musique Royal Edinburgh Military Tattoo (compétition de fanfares militaires et reconstitutions historiques sur le site du château) ; l’événement artistique majeur Edinburgh Festival Fringe organisé dans toute la ville (nombreux spectacles et théâtres de rue) ; le festival international d’Édimbourg (l’événement le plus important de la capitale écossaise qui se décline sous forme de pièces de théâtre, spectacles vivants et scènes musicales)
  • Au temps de l’Empire romain, il est probable que la confédération de tribus des Pictes (ou Calédones) aient construit une première série de fortifications sur le site du futur château d’Édimbourg. Dans son histoire, ce peuple établi au nord du mur d’Hadrien a toujours su résister aux armées romaines.
  • Première attraction payante d’Écosse, le château d’Édimbourg est un des seuls sites historiques au monde à détenir un cimetière pour chiens. Ce cimetière canin sert de lieu de repos aux chiens ayant appartenu aux membres du corps militaire d’élite de la Garde écossaise.
  • De nombreux fantômes hanteraient les entrailles de la forteresse parmi lesquels des anciens prisonniers dans les donjons, un joueur de tambour sans tête sur les remparts, un joueur de cornemuse dans des tunnels secrets, le 1er duc d’Albany (Alexander Stewart, second fils du roi Jacques II d’Écosse au XVe siècle) dans l’enceinte fortifiée, un chien fantôme errant dans le cimetière et une noble accusée de sorcellerie au XVIe siècle (Lady Janet Douglas of Glamis) sur l’esplanade située en contrebas du château d’Édimbourg.
  • Dans les environs du château, vous pourrez apercevoir plusieurs sites insolites comme le puits aux sorcières (Witches’ Well), une fontaine commémorative qui rend hommage aux 300 femmes accusées de sorcellerie qui furent brûlées sur un bûcher entre le XVe et le XVIIIe siècles ainsi que Cannonball House, le mur extérieur d’une maison dans lequel est encastré un boulet de canon.
  • La pierre du destin est un bloc de grès utilisé depuis le IXe siècle dans le cadre de la cérémonie de couronnement des nouveaux monarques au Royaume-Uni. Objet de nombreuses légendes, elle fut dérobée et transférée en Angleterre par le roi d’Angleterre Édouard Ier en 1296 pour être conservée au sein de l’abbaye de Westminster comme symbole de la soumission de l’Écosse au trône d’Angleterre. Ce n’est que 700 ans plus tard, en 1996, qu’elle fut rétrocédée par le gouvernement britannique aux Écossais et entreposée dans le château d’Édimbourg.
  • Avec le réchauffement climatique, les pluies semblent s’intensifier dans le ciel d’Édimbourg ces dernières années. Cela entraîne une érosion accélérée des bâtiments historiques du château de la capitale écossaise.
  • Le château d’Édimbourg est ouvert tous les jours de l’année (sauf les 25 et 26 décembre).
  • Vous pouvez le découvrir de 9 h 30 à 18 h en haute saison (du 1er avril au 30 septembre) puis de 9 h 30 à 17 h en basse saison (du 1er octobre au 31 mars). La dernière entrée est possible 1 heure avant la fermeture des portes. Les jours de forte affluence, la totalité des billets peut être vendue longtemps à l’avance. Il est donc fortement recommandé de réserver en ligne.
  • Une réduction est appliquée aux enfants de 5 à 15 ans (entrée gratuite pour les moins de 5 ans) ainsi qu’aux demandeurs d’emploi et aux adultes de plus de 65 ans (sur présentation d’un justificatif).
  • Assistez à la cérémonie traditionnelle de la garde royale One O’Clock Gun, ayant lieu tous les jours à 13 h (sauf le dimanche). Ce coup de canon quotidien avait pour vocation de rappeler l’heure exacte aux marins écossais et troupes militaires du royaume (ce qui leur permettait d’ajuster leurs horloges).
  • Si vous avez la chance de visiter le château d’Édimbourg au mois d’août, vous pourrez assister à plusieurs festivals culturels et musicaux qui réunissent des milliers d’artistes issus de différents pays dans la capitale écossaise.
  • La cité d’Édimbourg peut s’explorer à pied sans difficultés. Elle peut être divisée en deux parties distinctes entre les élégantes maisons géorgiennes et les boutiques de mode du secteur de la nouvelle ville (Edinburgh New Town) puis le centre historique animé et les ruelles médiévales de la vieille ville (Edinburgh Old Town).
  • Valable 48 heures durant, le Royal Edinburgh Ticket vous donne accès au château d’Édimbourg, au Palais de Holyrood et au yacht royal britannique du Britannia. De plus, ce forfait comprend une visite guidée en bus de la capitale écossaise.

Où manger

  • The Bluebird Cafe
    (le brunch parfait)
  • New Chapter
    (restaurant de passionnés)
  • Aizle
    (repas expérientiel)

Où flâner

  • The Scotch Whisky Experience
    (l'antre du whisky)
  • Musée national d'Écosse
    (musée riche et complet)
  • Holyrood Park and Arthur's Seat
    (balade magnifique)

Où séjourner

  • Glendevon Bed & Breakfast
    (maison victorienne)
  • 14 Hart Street
    (chambre d'hôtes élégante)
  • Fountain Court Apartments
    (appartements distingués)