Visiter La Habana Vieja, le quartier historique de La Havane à Cuba

Le centre indémodable de la capitale cubaine

Contact

Contact direct

Adresse

Paseo de Martí, La Habana, Cuba

GPS : 23.141471489186, -82.347925987748

Itinéraire

La Habana Vieja est le quartier historique de La Havane, la capitale de Cuba. Cette ancienne colonie espagnole est habitée par différentes tribus caribéennes (Siboney, Guanahatabey et Taïno) avant sa découverte à la fin du XVe siècle par Christophe Colomb. La cité de La Havane est fondée en 1519 sur la côte nord-ouest de Cuba à la suite d’une nouvelle expédition espagnole menée par Diego Velázquez de Cuéllar, premier gouverneur de l’archipel. Une trentaine d’années plus tard, elle supplante Santiago de Cuba au rang de capitale de l’île. En raison de sa situation géographique privilégiée, La vieille ville de La Havane est attaquée, pillée et incendiée en 1555 par le corsaire français Jacques de Sores à la recherche de l’or en possession des conquistadors.

Récupérée puis fortifiée par la monarchie espagnole, La Habana Vieja reste sous la menace constante des pirates rôdant dans la région du golfe du Mexique et doit contrer les velléités d’expansion des Français ou des Anglais. Elle devient malgré tout le centre colonial des Caraïbes, un important site de construction navale dans la région et le point d’escale de nombreux esclaves déplacés de l’Ancien vers le Nouveau Monde. La ville s’enrichit également grâce au commerce de marchandises (canne à sucre, tabac, café…) et fait office de plaque tournante de l’or dans le cadre du commerce triangulaire entre l’Europe, les Amériques et l’Afrique. Du XVIe au début du XXe siècles, la cité de La Havane est marquée par une longue domination espagnole jusqu’à la guerre hispano-américaine de 1898. Ce conflit armé fait basculer l’île sous influence américaine après la Guerre d’indépendance cubaine. Visiter La Habana Vieja offre un véritable voyage dans le temps. Au charme indéniable, le quartier historique de La Havane conserve encore à ce jour un nombre incroyable de joyaux architecturaux issus de plusieurs périodes de l’histoire du pays. Le système de fortifications en pierre protégeant la vieille ville et la baie de la capitale cubaine est considéré comme l’un des réseaux défensifs les plus complexes des Amériques.

Articulé autour de cinq grandes places pavées, le labyrinthe de rues étroites de La Habana Vieja mène à de nombreux édifices anciens (forteresses, palais, musées, maisons colorées, bâtiments historiques, vieilles résidences…). Ils bénéficient d’un vaste programme de restauration financé par l’Unesco depuis 1982. La majorité des monuments de ce quartier historique de Cuba, érigés dans un mélange d’architecture baroque et néoclassique, forment l’ensemble urbain le plus remarquable des Caraïbes. Sitôt la nuit tombée, le riche patrimoine culturel de la vieille Havane laisse place à une vie nocturne riche et particulièrement animée. Pour visiter La Habana Vieja au crépuscule, vous aurez le choix entre une promenade romantique le long du Malecón, la dégustation d’un authentique mojito ou daiquiri (cocktails originaires de l’archipel), l’expérimentation d’un habano (cigare cubain produit dans le pays), la découverte d’une boîte de nuit branchée ou l’initiation à l’art musical de groupes locaux talentueux de Cuba.

Lire la suite

  • Les élégants mélanges de styles architecturaux (baroque, mauresque, art-déco et néoclassique) des anciennes bâtisses coloniales ornées d’arcades, de balcons, de cours intérieures ou de grilles en fer forgé ; la baie de La Havane et le port donnant sur le golfe du Mexique ; le quartier emblématique de Centro Habana ; une vieille ville où le temps semble s’être arrêté depuis les années 1960
  • Les places historiques de La Habana Vieja : Plaza de Armas, Plaza de la Catedral, Plaza San Francisco de Asís, Plaza Vieja et Parque Central
  • Les châteaux, forteresses et palais : Castillo de la Real Fuerza, El Morro, Castillo de San Salvador de la Punta, La Cabaña, Palacio de los Capitanes Generales (ancien siège des gouverneurs accueillant le musée de la Ville), Palacio del Segundo Cabo…
  • Les multiples musées d’intérêt : le musée de la Révolution, le musée d’art colonial, le musée National d’Histoire Naturelle, le Centre d’Art Contemporain Wifredo Lam, le musée d’Archéologie, la Galleria Continua, le musée national des beaux-arts de Cuba, le musée Napoleónico, le musée de l’Automobile, la Casa de Africa, le musée du Rhum, le musée Maquette de La Vieille Havane, la Casa Alejandro Von Humboldt…
  • La concentration de sites et monuments à découvrir : l’église El Templete (lieu commémorant le site de la première messe en 1519), la cathédrale de San Cristóbal (superbe édifice baroque du XVIIIe siècle), le Capitolio (siège de l’Académie des Sciences), le Grand Théâtre de La Havane (théâtre opéra de style néobaroque entièrement rénové en 2013 et siège du Ballet national de Cuba), l’église d’El Santo Angel Custodio (remodelée dans un style néogothique), le couvent de Santa Clara (inauguré au milieu du XVIIe siècle), l’édifice Bacardí (premier bâtiment de style Art déco de la cité cubaine), la Maison de la Poésie (Casa de la Poesía), l’architecture de l’Hotel Nacional de Cuba…
  • La vie nocturne animée dans les nombreux bars et cafés de La Habana Vieja (situés à Paseo del Prado, Calle Obispo, Calle Obrapía…) ; les restaurants et bars à cocktails légendaires d’El Floridita, Bodeguita del Medio et bar Dos Hermanos (autrefois fréquentés par un certain Ernest Hemingway) ; les centres culturels (Fábrica de Arte Cubano, Art Continua havana, vieux cinémas, écoles et concerts de musique…)
  • Les promenades à pied sur le Malecón (itinéraire de 8 kilomètres longeant le front de mer et aménagé au début du XXe siècle) ; les plages de La Havane (playas Boca Ciega et del Salado à l’ouest ; playas del Este, Santa Maria del Mar, Guanabo et Bacuranao à l’est) ; la découverte des autres quartiers (Vedado, Miramar, Siboney…)
  • Les fabriques de cigares (Partagás, La Corona…) ; la collection de voitures américaines des années 1950 (almendrones) ; le patrimoine musical et multiculturel de l’île ; les petits restaurants cubains proposant une cuisine maison (paladares) ; l’ingéniosité de la population pour surmonter les difficultés du quotidien
  • Les nombreux événements musicaux et culturels de la cité : le festival international Jazz Plaza (janvier), la Fête du Cigare (février), le Festival Internacional de Salsa en Cuba (de fin février à début mars), le Havana World Music (fin mai), la Fête biennale d’Art (mai ou juin), le Carnaval de la Havane (10 jours de festivités au mois d’août), le Festival biennal de Ballet (octobre), l’événement Baila en Cuba (concours de danse en couple en novembre), le Festival du Film (décembre), l’incontournable Festival International de Jazz (ou Festival Jazz Plaza) en décembre et les nombreux spectacles musicaux organisés le soir du réveillon du Nouvel An
  • Il est probable que l’origine du nom de La Havane provienne du chef indien Habaguanex qui régnait sur ces terres jusqu’à l’arrivée de Christophe Colomb en provenance de l’Amérique. En débarquant sur l’archipel cubain en 1492 à la recherche d’or pour la couronne espagnole, le navigateur génois pensait avoir atteint le continent asiatique via la Chine. Christophe Colomb décrivit cette contrée lointaine comme la « plus belle île du monde ».
  • Surnommé l’ange exterminateur par les Cubains, le corsaire Jacques de Sores était soutenu par le roi de France Henri II pour affaiblir les positions des Espagnols dans la mer des Caraïbes au milieu du XVIe siècle. Un an avant la destruction de La Havane, il avait déjà mis à sac la ville de Santiago de Cuba en compagnie du pirate François Le Clerc dit « jambe de bois ». Cet évènement fut si traumatisant pour les Espagnols qu’ils se résolurent à déplacer la capitale de l’île à La Havane sans imaginer qu’ils se feraient de nouveau attaquer par le même marin huguenot l’année suivante.
  • C’est le 8 janvier 1959 que la révolution cubaine renversa le régime du dictateur Fulgencio Batista. Les forces rebelles, incarnées par les figures de Fidel Castro, Che Guevara et Camilo Cienfuegos, étaient appelées los barbudos (« les barbus ») car ils ne se rasaient presque jamais la barbe. De nombreux lieux et murs de la cité sont encore ornés de messages, portraits et slogans révolutionnaires. D’abord saines, les nouvelles relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis vont rapidement se détériorer après que des terrains, avoirs, sociétés ou biens immobiliers furent confisqués en masse et nationalisés par Fidel Castro sans compensation financière. À partir de 1962, un embargo économique, commercial et financier fut mis en place par les Américains pour faire tomber le nouveau régime révolutionnaire. Ils essayeront même de renverser le pouvoir en place en organisant une tentative de débarquement sur la baie des Cochons en avril 1961. Celle-ci se soldera par un échec malgré l’appui de la CIA en charge de cette opération clandestine. En guise de riposte, l’archipel cubain va se rapprocher de l’Union Soviétique (URSS), déjà engagée dans une guerre froide avec les États-Unis. Ces fortes tensions atteindront leur paroxysme en 1962 avec la crise des missiles de Cuba et le risque de voir se produire une troisième Guerre mondiale incluant l’usage de l’arme nucléaire. L’embargo sur Cuba est toujours en vigueur aujourd’hui même s’il fut assoupli ces dernières années. Il dure depuis presque 60 ans (soit le plus long dans l’histoire de l’ère contemporaine).
  • L’immeuble Bacardí fut construit en 1930 pour accueillir le siège social de l’entreprise productive de rhum local. Du haut de ses 28 mètres, il s’agissait du bâtiment le plus élevé de l’archipel. Son architecture renferme des éléments décoratifs très raffinés (en marbre et en granite) représentatifs du modernisme catalan. À son sommet trône une sculpture en bronze d’une chauve-souris qui figure sur le logo de la marque de rhum.
  • Peu de temps après l’arrivée au pouvoir du révolutionnaire Fidel Castro, l’entreprise Bacardí fut nationalisée en 1960 au même titre que les banques et d’autres grandes firmes étrangères installées à Cuba. Les dirigeants originaires d’Espagne furent contraints d’abandonner la totalité de leurs biens et de se réfugier en catastrophe en Floride. Ils tentèrent par tous les moyens de faire tomber le pouvoir communiste cubain avec l’aide des Américains mais échouèrent dans leurs différentes tentatives. Une autre marque de rhum fut nationalisée en même temps que Bacardí mais sa renommée était bien plus faible à l’époque. Il s’agit du Havana Club, propriété de la famille Arechabala ayant fondé l’entreprise en 1878, qui fut elle aussi obligée de s’exiler en Espagne avant de migrer aux États-Unis. Pendant longtemps, le rhum Havana Club produit par l’entreprise d’État cubaine Corporación Cuba Ron évolua dans l’ombre du géant Bacardí qui réussit à délocaliser sa production à Porto Rico. Le rapport de forces évolua lorsqu’un accord d’exploitation de la marque fut signé en 1993 entre Havana Club et le groupe français Pernod Ricard (un des plus grands fabricants et distributeurs de vins et spiritueux au monde). Le rhum Havana Club s’imposa alors en maître sur marché caribéen et vit son embargo aux États-Unis levé en 2016. Poussé dans une guerre commerciale et juridique par les dirigeants de Bacardí qui contestent l’expropriation et le droit d’usage de la marque, cette compagnie cubaine continue de produire son rhum dans l’ancienne distillerie de son rival à Santiago de Cuba selon la même recette d’origine.
  • Si vous souhaitez concilier la découverte du patrimoine historique de la ville de la Havane avec la richesse de la culture cubaine et les traditions musicales de l’archipel, vous pouvez planifier votre prochain voyage en fonction des nombreux festivals organisés dans la capitale. L’aéroport international José-Martí se trouve à environ 15 kilomètres du centre-ville.
  • Prévoyez deux à trois jours pour visiter La Habana Vieja (possible à pied, en calèche ou en louant un coco taxi, scooter à trois roues). L’idéal est de commencer son itinéraire par le lieu le plus ancien de la ville (Plaza de Armas) afin d’arpenter le centre historique de la ville de La Havane de place en place.
  • N’hésitez pas à vous fondre dans la foule et arpenter les rues populaires de la capitale cubaine (méfiez-vous néanmoins des jineteros, personnes mal intentionnées proposant leurs services dans la rue).
  • En marge des palais coloniaux, des musées culturels et des forteresses emblématiques de La Havane, ne manquez pas de visiter la Cathédrale de la Vierge Marie de l’Immaculée Conception (cathédrale de San Cristóbal). Considérée comme l’une des plus anciennes cathédrales des Amériques (1748), elle renferme un magnifique autel en marbre de Carrare incrusté d’or, d’argent et d’onyx. Ses deux clochers ont la particularité d’être composés de blocs de corail.
  • À des tarifs intéressants, il est possible de dormir chez l’habitant dans d’adorables maisons d’hôtes cubaines (casas particulares). Cette option vous fera découvrir le véritable quotidien des Cubains et leur sens de l’hospitalité.
  • L’ancienne résidence d’Ernest Hemingway (Finca la Vigía) se trouve à une dizaine de kilomètres de La Havane. Conservée dans son jus, cette maison coloniale du XIXe siècle fut transformée en musée en hommage au romancier américain qui y vécut et écrivit quelques-uns de ses succès littéraires entre 1939 et 1960.

Où manger

  • Cafe Arcangel
    (le café est de haut niveau)
  • Habana 61
    (près du Malecón)
  • Paladar Decameron
    (cuisine locale raffinée)

Où flâner

  • Club Salseando Chevere
    (école de danse cubaine)
  • Camera Obscura
    (vision surprenante de la ville)
  • Taller experimental de Grafica
    (atelier d'artistes)

Où séjourner

  • Casa Hilda y Alejandro
    (central et familial)
  • Casa Colonial Yadilis y Joel
    (chaleureux et confortable)
  • Casa Malecon Habana
    (avec vue sur la mer)

Notre site Web utilise des témoins (cookies) pour fonctionner correctement et améliorer votre expérience. Consultez notre Politique de confidentialité, personnalisez vos choix ou cliquez sur le bouton "Tout accepter".

Personnalisation des témoins

Les témoins sont de petits éléments d'information que les sites Web stockent sur votre ordinateur. Nous les utilisons pour que notre site fonctionne au mieux de ses capacités et pour vous offrir la meilleure expérience possible sur ootravels.

témoins fonctionnelsNous utilisons des témoins fonctionnels pour mémoriser vos préférences, vos données de connexion et d'autres informations nécessaires au bon fonctionnement de notre site Web.

analytical cookiesNous utilisons des cookies analytiques afin d'analyser notre site Web pour en améliorer ses performances. Le processus est entièrement anonymisé.

médias sociauxNous utilisons des témoins tiers pour offrir des services de médias sociaux comme YouTube et Facebook. Ces témoins peuvent collecter vos données personnelles.

publicités personnaliséesNous utilisons des témoins tiers pour vous montrer des messages publicitaires personnalisés s'inspirant de vos habitudes de navigation. Ces témoins peuvent suivre vos habitudes de navigation.

autresNous utilisons des témoins tiers pour améliorer les fonctionnalités de notre site Web. Ces témoins ne sont ni analytiques ni publicitaires et ne collectent aucune information sur vous.